Scaër
Ville de 

Canton de Moëlan-sur-Mer
Arrondissement de Quimper
Superficie : 11 758 ha
Population : 5 481 hab (2009)
Cours d’eau : l’Isole, le Ster-Goz et l’Aven
La ville est jumelée  avec Crickhowel, au Pays de Galles et entretient des relations amicales avec Würm en Allemagne

ORIGINE DU NOM

L'orthographe actuelle ne date que du 17ème siècle. Auparavant, notre commune s'est appelée successivement :

  • SCATHR selon la charte 22 du cantulaire de Landévennec rédigé vers l’an 1047. Ce cantulaire n’étant qu’un compilation des chartes existantes à l’époque, il est possible que le texte original concernant SCAER ait été rédigé au 9è siècle.
  • SCAZRE  selon deux textes du cantulaire de Quimper faisant état de donations faites, l’une par Périou, fils du Comte de Cornouaille Bénédic, et l’autre, sous l’épiscopat d’Oscand, évêque de Quimper de 1022 environ, jusqu’à sa mort survenue le 13 octobre 1064 ; la première charte concernait la donation d’une terre nommée PENBIS IN SCAZRE et la seconde  appelée BOHOCOOC. La première donation serait à placer aux alentours de 1020 et la seconde entre 1022 et 1064.
  • SCAHART en 1182 dans l’énumération  des biens de Templiers, dont la commanderie se trouvait à Quimper.
  • SCAEZRE et SCADR le 17 juillet 1220 dans l’acte 34 du cantulaire où l’évêque de Quimper Rainaud donne à son chapitre les possessions de SCAER.
  • SCAZRE dans l’acte 109, le 5 juin 1270, lorsque le chamoine Jacobi FISICI représente le Vicariat de SCAER lors d’une réunion du chapitre à Quimper (FISICI serait une traduction latine du mot Louzaouer, Médecin herboriste ?). On retrouve dans ce même cantulaire ces orthographes dans les actes 110, 134 des 23 mai 1271 et 8 mai 1285. Dans le 1er chamoine Pierre de Rome se désiste de ses prétentions sur les terres de SCAER, dans le second, il s’agit d’un inventaire de biens appartenant au chapitre où il fait mention d’un lieu-dit «  Sancti Mathei de SCAZRE »
  • SCADRE et enfin SCAER en 1636 dans « l’itinéraire de Bretagne » effectué par Dubuisson Aubenay, et den les papiers de la châtellerie de Kervégant.


L'origine du nom reste à ce jour inconnue, mais le vieux nom de SCATHR, révélé par le cantulaire de Landévennec au 11ème siècle permet de soulever une hypothèse étymologique liée à l'emplacement géographique du Bourg à l'époque, qui regroupait ses maisons autour d'une source dominant la vallée de l'Isole, cette source aujourd'hui captée, fontaine inépuisable restée candide, connue depuis la plus haute antiquité et vénérée pendant plus d'un millénaire.

logo_pfd_mairie.jpg



Il a été créé vers 1989 par Mr Le CLEC’H Bertrand, héraldiste de Querrien.


SYMBOLIQUE

L’or peut symboliser la postérité agricole de cette vaste commune rurale.
L’azur était autrefois la couleur des lutteurs scaérois.
L’onde évoque l’Isole et, secondairement, les activités industrielles de Scaër notamment la plus ancienne : les papeteries de Cascadec.
Les deux « pierres de Coadry » sont nombreuses dans le sol de la commune : ce sont des staurotides ou staurolithes (silicate d’alumine et de fer de couleur sombre) cristallisées en forme de croix. Par le fait, elles peuvent aussi rappeler les nombreuses chapelles éparpillées sur le territoire de la commune.
Le bélier rappelle les lutteurs bretons, très réputés à Scaër, et servait de trophée de récompense (le « maout »).
Les deux haches d’armes sont empruntées à une famille noble, les DU BOT, dont les armes étaient « d’argent à deux haches d’armes adossées de gueules (ou de sable) ».
Les branches de hêtre et de chêne symbolisent la forêt domaniale de Coatloc’h et, en ce qui concerne le hêtre, rappelle l’artisanat sabotier très pratiqué naguère encore dans cette forêt.
La croix de guerre 1939-1945 évoque les combats de la résistance (Kernabat notamment) de la fin de la 2ème guerre mondiale.

ARMOIRIES DE SCAER

L’ECU :
D’or à la face ondée d’azur accompagnée en chef d’une rencontre de bélier, accosté de deux haches d’armes de sable, l’une tournée à dextre, l’autre à senestre, et en pointe d’une «pierre de Coadry » aussi de sable, posée en pal.

LES ORNEMENTS EXTERIEURS :
lettres onciales de sable est soutenu à dextre par une branche de chêne, à senestre par une branche de hêtre, toutes deux fruitées de sinople, croisées en pointe en sautoir, la croix de guerre 1939-1945 au naturel appendue à la pointe de l’écu et brochant sur la croisure des branches.